Mixeur, le blog


Déjeuner chez Yam T’Cha
janvier 28, 2010, 5:54
Filed under: restaurant, Voyage | Étiquettes: ,

Pas facile de trouver une place dans ce petit restaurant dont le Tout-Paris gastronomique vante les mérites. Même en appelant un mois à l’avance, le déjeuner fut la seule option possible et certainement pas la pire tant cette cuisine ultra fraiche et colorée satisfait l’appétit tout sachant rester légère.

On nous propose la « kitchen », c’est à dire la table haute qui donne sur la cuisine. Pas idéale pour les conversations intimes, mais le spectacle de la chef Adeline Grattard oeuvrant dans sa petite cuisine est un plaisir impossible à refuser.

Yam T’Cha signifie boire du thé en mangeant. Ce qui n’est pas du tout pour me déplaire. Trop souvent, et même en aimant beaucoup le vin, je trouve qu’il domine certaines saveurs subtiles.
Nous optons donc pour l’accord thé et plats, mais il est aussi possible de choisir des accords thé et vin ou tout vin). L’harmonie est parfaite, car on trouve aussi dans la cuisine, les saveurs de terre et sous-bois ou encore la fraicheur verte qui caractérisent les thés.

En amuse-bouche: salade de cocos plats et porc haché

Juste devant nous, défilent les produits de la journée travaillés vivement au wok, relevés de quelques épices asiatiques et dressés dans de la jolie vaisselle. C’est vif, net et précis, simple sans être ennuyeux, beau dans l’assiette sans aucun maniérisme, dans le respect de la nature du produit, de sa texture et de sa couleur.
Le menu proposé en trois versions plus ou moins longues, est fixe et change tous les jours.

Première entrée: moules à peine passées à la vapeur, avec champignons enoki et pousses d'épinards

Jeu de textures pour cette soupe de cresson dans laquelle se cachent des morceaux de foie gras et de couteaux.

Le plat: épaule de cochon de la Dordogne sur des aubergines à la sechouanaise

Et pour finir: soupe d'ananas, blanc manger au fromage blanc et tuile de sucre de palme

Cette cuisine fut comme un rayon de soleil dans cette journée glaciale: lumineuse, fine, croquante, relevée, acidulée et surtout très attentionnée. De sa petite cuisine Adeline veille sur ses clients. Elle voit tout, s’occupe de tout, choisit la couleur des assiettes, surveille ses cuissons, découpe la viande, et forme aussi un apprenti.
Alors que le service s’achève et qu’elle nettoie soigneusement sa cuisine, nous n’avons plus le choix, il faut bien sortir.
Avec une idée en tête…y revenir.

Publicités


Tout sur le thé
décembre 4, 2009, 4:08
Filed under: Livre, Nouveauté | Étiquettes: , ,

Ce livre est une bible. S’y trouve tout ce que l’on veut et doit savoir sur le thé et plus encore.  Signé par la Maison de thé Camellia Sinensis et plus précisément rédigé par Jonathan Racine, il fait le tour de façon exhaustive sur tous les aspects du thé:  sa culture, ses terroirs, sa préparation, ses bienfaits.
Les informations sont extrêmement détaillées mais jamais ennuyeuses.  J’avoue ne pas avoir consulté beaucoup d’ouvrages sur le sujet mais celui-ci me semble vraiment complet et très bien fait.
Le petit bonus ce sont des recettes de chefs québécois, avec entre autres, la panna cotta de Josée Di Stasio, le flanc de porc de Stéphane Modat, les fraises au Matcha de Charles-Antoine Crête.

Thé
Histoire Terroirs Saveurs
Les Éditions de l’Homme
39,95 $



Ma théière japonaise
décembre 3, 2009, 3:13
Filed under: Arts de la table, Envie, Voyage | Étiquettes: ,

Je vous présente ma théière japonaise. Je n’en suis pas peu fière.
Il faut dire qu’elle a été spécialement fabriquée pour moi par un artisan japonais. Du sur mesure !
Je l’avais repérée à Tokyo  lors de notre visite du salon de thé Ocharaka. Un lieu incroyable  tenu par un français fou de thé, un connaisseur intarissable sur le sujet. J’y ai goûté une multitude de thés verts japonais, tous servis dans ce genre de petite théière traditionnelle appelée Kyusu.
Ça, je l’ai appris dans l’excellent et nouveau livre Thé, écrit par la Maison de thé montréalaise Camellia Sinensis,  j’en reparlerai plus tard car l’ouvrage mérite amplement un article.

Donc je tombe en amour avec cette petite théière, sauf que, munie d’un bec verseur et d’un manche sur le coté, elle n’est pas du tout adaptée à une gauchère comme moi !
Ni une ni deux, Stéphane Danton amusé par le défi, téléphone sur le champ à son artisan potier et commande une théière spéciale gauchère.
Je la reçois à Montréal quelques mois plus tard accompagnée d’un petit bol fait lui aussi sur mesure pour tenir au creux de mes mains.

Je l’adore ! Je m’en sers tous les jours, je la regarde, je la caresse et en plus elle est unique!



The Tea Lady
septembre 29, 2009, 3:22
Filed under: Goût, Idée, Rencontre, Uncategorized | Étiquettes: ,
Henrietta Lovell, The Tea Lady

Henrietta Lovell, The Tea Lady

On sait que les anglais sont de grands buveurs de thé, mais on sait moins qu’ils n’en boivent qu’une seule sorte, du thé noir plutôt médiocre (les mauvaises langues diront que c’est pour ça qu’ils doivent l’agrémenter de lait et de sucre). Henrietta Lovell, une ex-femme d’affaires qui passait sa vie entre deux avions, s’est rendu compte de cette aberration lorsqu’en Chine elle découvrit les nuances et subtilités du bon thé.
Elle nous a reçu dans son appartement londonien où elle nous a tout raconté: depuis ce moment où elle a assisté à un mariage chinois au cours duquel c’est le thé servi qui a été applaudi et non pas les mariés, jusqu’aux embûches qu’il lui a fallu surmonter pour commercialiser et  faire connaitre ses thés à ses compatriotes.

Aujourd’hui Rare Tea est présent dans les épiceries fines de Londres et sur certaines des grandes tables, servi par des chefs qui ont été les premiers à croire en son entreprise.

Comment j’ai découvert Rare Tea et Henrietta?
Contrairement aux autres reportages, qui sont tous prévus à l’avance, elle ne faisait pas partie du programme avant de partir pour Londres.

Le premier contact avec son thé c’est fait chez UP Box (un comptoir sympa de lunchs à emporter) où nous tournions avec les propriétaires. Ils nous ont vanté les mérites de ces thés et surtout de La Tea Lady comme tout le monde, y compris elle-même, semble l’appeler.

Puis ce fut au studio de design Davies Hall, où nous tournions aussi, que son nom a resurgi au cours de la conversation. Ce sont eux qui ont fait l’image de Rare Tea. Mais au-delà de ça, ce fut surtout de la personnalité de Henrietta dont il fut question, de sa passion pour le thé et de sa facon d’en parler.

Rare Tea Co PR low

Rendez-vous fut pris aussitôt avec elle et voilà comment nous nous sommes retrouvés autour d’une multitude de tasses de thés dans sa cuisine. Henrietta est aussi délicieuse que ses thés !
Elle m’a appris plein de trucs sur le thé, les différences entre les blancs, les verts et les noirs, et tout ce qui fait que ceux qu’elle choisit sont parmi les meilleurs.
J’en ai évidemment acheté juste avant de prendre l’avion dans le Waitrose (chaine de supermarchés haut de gamme que j’adore) qui faisait face à mon hôtel.
On peut aussi en commander ici.

À voir donc, dans l’épisode 6 de la saison 2.