Mixeur, le blog


Enjoy par Sebastian Bergne
février 12, 2010, 3:43
Filed under: Arts de la table, Nouveauté | Étiquettes: ,

Pour vous, une avant-première envoyée par le sympathique designer Sebastian Bergne rencontré à Londres pour Mixeur.
Voici ses nouveaux ustensiles de cuisine dessinés pour Tefal avec qui il collabore régulièrement.

Ceux-ci sont en partie en plastique recyclé, ils se distinguent par une élégante ergonomie et selon les dires du designer s’adressent à un large public, donc seront vendus à un prix peu élevé.

Lancement mondial ce printemps de cette collection qui s’appelle Enjoy.

Publicités


Alice au pays du vin
novembre 10, 2009, 7:41
Filed under: Arts de la table, Idée, Nouveauté | Étiquettes: ,

Voici une nouveauté envoyée par le designer Sebastian Bergne. Vous avez peut-être vu le reportage que nous avons tourné dans son studio à Londres ainsi que quelques images postées sur ce blog.

lense_books_w

 

Cette carafe à l’envers est directement inspirée de  “Alice au pays des Merveilles”.  Placée sur une table près des objets de table et des mets, elle permet des jeux d’images amusants en grossissant les choses à travers le liquide.
Ce qui ne l’empêche pas d’être réellement pratique.

 

 



The Tea Lady
septembre 29, 2009, 3:22
Filed under: Goût, Idée, Rencontre, Uncategorized | Étiquettes: ,
Henrietta Lovell, The Tea Lady

Henrietta Lovell, The Tea Lady

On sait que les anglais sont de grands buveurs de thé, mais on sait moins qu’ils n’en boivent qu’une seule sorte, du thé noir plutôt médiocre (les mauvaises langues diront que c’est pour ça qu’ils doivent l’agrémenter de lait et de sucre). Henrietta Lovell, une ex-femme d’affaires qui passait sa vie entre deux avions, s’est rendu compte de cette aberration lorsqu’en Chine elle découvrit les nuances et subtilités du bon thé.
Elle nous a reçu dans son appartement londonien où elle nous a tout raconté: depuis ce moment où elle a assisté à un mariage chinois au cours duquel c’est le thé servi qui a été applaudi et non pas les mariés, jusqu’aux embûches qu’il lui a fallu surmonter pour commercialiser et  faire connaitre ses thés à ses compatriotes.

Aujourd’hui Rare Tea est présent dans les épiceries fines de Londres et sur certaines des grandes tables, servi par des chefs qui ont été les premiers à croire en son entreprise.

Comment j’ai découvert Rare Tea et Henrietta?
Contrairement aux autres reportages, qui sont tous prévus à l’avance, elle ne faisait pas partie du programme avant de partir pour Londres.

Le premier contact avec son thé c’est fait chez UP Box (un comptoir sympa de lunchs à emporter) où nous tournions avec les propriétaires. Ils nous ont vanté les mérites de ces thés et surtout de La Tea Lady comme tout le monde, y compris elle-même, semble l’appeler.

Puis ce fut au studio de design Davies Hall, où nous tournions aussi, que son nom a resurgi au cours de la conversation. Ce sont eux qui ont fait l’image de Rare Tea. Mais au-delà de ça, ce fut surtout de la personnalité de Henrietta dont il fut question, de sa passion pour le thé et de sa facon d’en parler.

Rare Tea Co PR low

Rendez-vous fut pris aussitôt avec elle et voilà comment nous nous sommes retrouvés autour d’une multitude de tasses de thés dans sa cuisine. Henrietta est aussi délicieuse que ses thés !
Elle m’a appris plein de trucs sur le thé, les différences entre les blancs, les verts et les noirs, et tout ce qui fait que ceux qu’elle choisit sont parmi les meilleurs.
J’en ai évidemment acheté juste avant de prendre l’avion dans le Waitrose (chaine de supermarchés haut de gamme que j’adore) qui faisait face à mon hôtel.
On peut aussi en commander ici.

À voir donc, dans l’épisode 6 de la saison 2.



It’s Tea time
avril 23, 2009, 9:45
Filed under: En tournage | Étiquettes:

J’adore les afternoon tea ! Rien à choisir, on se laisse guider par le menu  et on picore pendant des heures passant indifféremment du salé au sucré. (en tout cas , c’est comme ça que je fais ! ).
Nous en avons testé trois cette semaine à Londres, trois qui tout en respectant certaines règles immuables: plateaux étagés, porcelaine fine, petits sandwichs et mignardises, renouvellent le genre en y apportant une touche de modernité.

L'afternoon tea du Parlour au restaurant Sketch

L'Afternoon Tea du Parlour au restaurant Sketch

Servi dans l’espace qui est selon moi le plus convivial et le plus réussi du Sketch -une salle au décor aussi éclectique que la clientèle- , le thé est présenté dans de la porcelaine fleurie, avec un assortiment généreux de gourmandises. Le macaron aux framboises est franchement délicieux !

L'afternoon tea du Sketch est servi de 15h à 18h30

L'Afternoon Tea du Sketch est servi de 15h à 18h30

À l’Hôtel Mandeville, on a créé un Men’s Afternoon Tea, spécialement conçu pour les appétits masculins. Il est servi avec des sandwichs un peu plus robustes aux saveurs plus corsées: roti de surlonge, poulet au Saté.

Le plateau, version homme

Le plateau, version homme

Pour les filles: petits sandwichs plutôt classiques et pâtisseries très girly.

mandevillefille1

Le dernier Afternoon Tea et non le moindre, est celui que nous avons pris au très chic hôtel The Berkeley.
Chaque saison depuis 4 ans, on y trouve des pâtisseries inspirées des dernières créations de mode.
La dernière collection comprend entre autres, une robe Lanvin, une chaussure Christian Louboutin, une veste Balmain , un maillot de bain Hervé Léger et un sac Alexander McQueen. Ces minuscules patisseries sont présentées avec la photo du modèle dont elles sont inspirées, et le résultat est tout simplement renversant ! Couleurs, motifs, rayures ou pois, tout y est, dans un souci du détail que je n’avais jamais vu auparavant dans une pâtisserie.
Un régal pour l’oeil plus que pour les papilles tant on hésite à croquer dedans.

Assortiment de pâtisseries PRÊT-À-PORTEA

Assortiment de pâtisseries PRÊT-À-PORTEA

Le tout est servi dans de la porcelaine Paul Smith pour Thomas Goode

Le tout est servi dans de la porcelaine Paul Smith pour Thomas Goode



St John, évidence et clarté
avril 20, 2009, 10:04
Filed under: En tournage | Étiquettes: ,

Visite et rencontre mémorables au restaurant St John qui est depuis sa création en 1994 l’adresse londonienne préférée de beaucoup de gastronomes.
Situé à la frange de la City, tout près du Smithfield Market, le marché de la viande de Londres, le restaurant occupe un ancien fumoir à bacon.
Le lieu est grand et clair, totalement blanc, une odeur de pain frais flotte dans l’air. Normal, on y trouve aussi une boulangerie.
Mais l’âme du lieu, outre la cuisine qu’on y sert, tient à son propriétaire et chef, le charmant et irrésistible Fergus Henderson.
J’avoue que j’appréhendais un peu l’interview,  car Fergus Hendersen est atteint de la maladie de Parkinson.
Je savais qu’en 2005 une opération de neurochirurgie  lui avait redonné une grande partie de sa mobilité , mais je ne connaissais pas exactement son état actuel. Et bien, malgré quelques hésitations dans le langage et une gestuelle un peu chaotique mais extrêmement expressive, Fergus Hendersen transmets facilement sa passion,  sa joie évidente d’être là tous les jours et de participer pleinement, même s’il ne cuisine plus vraiment, à la vie de son restaurant.
La cuisine qu’on y sert n’est ni traditionnelle, ni moderne. Elle est  simplement là, clairement définie dans l’assiette, limpide, sans fioriture aucune, mais extrêmement savoureuse.
Son audace et sa modernité résident justement dans cette approche quasi minimale où rien n’entrave le goût et le plaisir qu’on y prend.

la salle du St John, coté bar et boulangerie

La salle du St John, coté bar et boulangerie

la salle coté restaurant

La salle coté restaurant

Un classique: os à moelle avec salade de persil

Un classique: os à moelle avec salade de persil



Dans le studio de Sebastian Bergne
avril 17, 2009, 9:50
Filed under: En tournage | Étiquettes: ,

Début de tournage pluvieux (après tout, de quoi rêvions-nous ?), avec pour débuter, une visite chez le designer Sebastian Bergne.
Sebastian qui parle un excellent français, nous a présenté ses créations liées à la cuisine et au vin.
Ses clients, et donc ses objets sont très variés. Cela va des petits appareils électroménagers pour Moulinex, à des poêles et cocottes pour Téfal en passant par des pièces uniques et conceptuelles exposées dans des galeries.
J’aime particulièrement son tire-bouchon à trois têtes édité par la compagnie française ENO. Un bel objet qui a généré d’autres créations, toutes faites à partir de bouchons. Une recherche sur les possibles usages de ce bouchon que certains collectionnent, accumulent ou simplement manipulent autour d’une table.

Tire-bouchon Corker produit depuis 2008 par ENO

Tire-bouchon Corker produit depuis 2008 par ENO

A gauche, des bouchons usagés, à droite des ''pins'' à 3 têtes inventées par Sebastian

à gauche des bouchons usagés, à droite des punaises à 3 têtes inventées par Sebastian

voici le résultat !

voici le résultat !