Mixeur, le blog


Tenter de faire comme Genin
septembre 30, 2010, 6:59
Filed under: Livre, Nouveauté | Mots-clefs: , , , ,

On continue dans la série livres de cuisine avec deux  ouvrages issus d’une toute nouvelle collection Un tour en cuisine, édités par Alternatives.
Ces deux livres de recettes sont signés Jacques Genin, roi du chocolat, roi du mille-feuille, roi de l’éclair et roi de plein d’autres gourmandises.

Quiconque a déjà goûté ses oeuvres dans sa boutique du Marais en garde un souvenir ému, à moins d’être totalement insensible aux charmes de la pâtisserie. Il est pour moi un grand artisan, l’un des meilleurs de Paris.

Le meilleur du chocolat et Le meilleur de la tarte au citron sont deux carnets de recettes fort pratiques bourrés d’astuces et de photos.
Les recettes sont super simples, avec juste ce qu’il faut d’infos, sans texte superflu et les photos expliquent  très clairement les diverses étapes et les indispensables tours de main.

Côté chocolat, 20 recettes comprenant  les bases (pâtes, crèmes, glaçages), les classiques (tarte, mousse, crèmes et soufflé) et les  »petits trophés à emporter (mendiants, madeleines, financiers)
Côté citron, 12 recettes tout aussi infaillibles et les secrets du chef pour sublimer la tarte au citron de base, avec du basilic, de la vanille ou du réglisse.

À se procurer sans faute dès le 7 octobre.

Boutique Jacques Genin à Paris
133 rue de Turenne 75003


Publicités


Recettes de stars (des vraies)
septembre 14, 2010, 5:40
Filed under: Livre, Nouveauté | Mots-clefs:

Mélanger vedettes et cuisine, ça ne date pas d’hier.

En 1940, le livre  »Spécialités de la Maison » présentait des recettes de vedettes d’Hollywood et de Broadway.
À l’origine publié par l’organisme caricatif The American Friends of France (n’oublions pas qu’en 1940 la France venait de capituler face à l’Allemagne), cet ouvrage vient d’être réédité par Harper Collins.
C’est une très jolie découverte.

Le livre a gardé sa couverture et son cachet d’origine, avec des illustrations drôles et charmantes. Les recettes sont simples et familiales et on prend un immense plaisir à imaginer  Elizabeth Arden,  Katharine Hepburn, Vivien Lee, Laurence Olivier ou  Charles Chaplin en train de cuisiner pour leur famille !

Spécialités de la Maison
Harper Collins Publisher

Collection Collins Design
En anglais seulement



Les noms des restos
juillet 9, 2010, 2:19
Filed under: Uncategorized

Tout a commencé avec Les Cons Servent. Je me suis questionnée.
Pas sûre d’aimer le nom mais bon, je m’y suis habituée.
Et voilà qu’arrivent coup sur coup deux autres noms de resto qui me laissent perplexe.

Je ne parle pas ici des Eggspectation, l’Oeufrier et autres chaines aux noms douteux. Non, je pense à ces restos qui en cuisine font du vrai et bon boulot, pas de la haute gastronomie,  mais pas loin.

Je veux bien croire qu’il faut attirer l’attention, mais pour moi le nom fait partie d’un tout, avec la cuisine,  le décor, le service et les attentions qu’on porte à la clientèle.
Dans le genre vient d’ouvrir L’Un des Sens, jeu de mot un peu ordinaire qui peut-être freine un peu mon  envie d’y aller.
Je précise tout de suite, que je m’en tiens à des commentaires uniquement basés sur les noms, rien de plus.

L’autre est quand même pas mal gratiné: Chez ma grosse truie chérie. (coin Papineau et Ontario).
Peut-être que je manque d’humour…
Et vous qu’en pensez-vous?

(Photo empruntée à nightlife.ca)



Retour sur Omnivore New York
juin 23, 2010, 4:51
Filed under: Événement, Goût, Idée | Mots-clefs: , , , , , ,

De retour enfin, après une longue absence pour cause de tournage, je réalise que je n’ai pas encore parlé de l’événement Omnivore NY.
C’est dans un loft de Brooklyn que les chefs étaient conviés à faire leurs démos.  Sans climatisation, sous une chaleur accablante, et devant un public malheureusement assez dégarni:  quelques foodies  se ruant sur les plats pour les photographier, quelques journalistes français, les équipes des chefs et les organisateurs de l’événement.
Dommage, car le tableau était intéressant: René Redzepi, toujours aussi brillant, Alexandre Gauthier non moins brillant, un de mes préférés, mais aussi Carlo Mirarchi du fameux Roberta’s, David Kinch et Nuno Mendes, la plupart d’entre eux  déjà présents à la dernière édition du OFF à Deauville, mais ici présentés dans une version très intime.

La horde des photographes-foodies

Un des plats de René Redzepi

Carlo Mirarchi venu avec un agneau à dépecer

Un des moments forts du voyage: le repas préparé en duo par Alexandre Gauthier et Carlo Mirarchi, servi à une heure tardive dans l’ambiance pizzeria de Roberta’s (ce qui ne mettait pas forcément en valeur le raffinement des plats) mais qui a laissé quelques traces inoubliables.

Lotte crue avec rhubarbe, bouillon et jaune d'oeuf

Pétoncle au délicieux goût de brulé

La glace à l'oseille dans sa coque de sucre. J'adore!



À la découverte de Roberta’s
juin 7, 2010, 9:05
Filed under: Uncategorized

Il faut absolument que je vous parle de Roberta’s. C’est un resto de Brooklyn dont j’avais beaucoup entendu parlé et que j’ai enfin expérimenté ce week-end.
J’avais vu lors du dernier Omnivore Food Festival de Deauville une démo de Carlo Mirarchi, le chef de Roberta’s, et ce n’était pas tant la cuisine que l’esprit du lieu qui m’avait alors donné envie de m’y précipiter.
Tout d’abord un conseil de très grande importance: ne prenez ni taxi, ni voiture pour vous y rendre, l’endroit est difficile à trouver, rares sont les chauffeurs qui acceptent même de vous embarquer vers cette destination. Non pas que l’endroit soit dangereux, mais il est vraiment perdu au milieu de nulle part.
Par contre, il y a une station de métro à deux pas.
Suivez mon conseil et empruntez la ligne L pour vous y rendre, vous descendez à la station Morgan Av. Depuis Midtown vous y êtes en une quinzaine de minutes à peine.
Ensuite, ne vous laissez pas décourager par la façade pouilleuse, couverte de graffitis et autres affiches déchirées, c’est dans un ancien garage que ça se passe. Dites-vous qu’une fois la porte franchie plein de surprises vous y attendent.

c'est ici que ça se passe

Tout de suite en entrant, on tombe sur un four à bois rouge et rutilant dans lequel cuisent de formidables pizzas.
Dans la salle: un bric-à-brac de meubles dépareillés,  des guirlandes lumineuses et de plein d’objets kitsch.

À l’extérieur: un bar et une terrasse qui tient du resto de plage ou de la paillotte avec tables à pique-nique, toiles suspendues et pleins de bacs avec des plantes aromatiques qui poussent dedans.
Car chez Roberta’s on cultive des légumes et autres végétaux, soit dans le jardin adjacent dans de grandes boites en plastique ou de vieilles baignoires, soit dans la petite serre bricolée sur le toit.

Dans l’assiette, il y a évidemment de délicieuses pizzas, mais aussi le soir, de très bons plats cuisinés avec vivacité: liguini aux oursins, ris de veau au citron meyer, asperges avec jambon et oeuf de cane. Tout est préparé avec des ingrédients soigneusement choisis et au plus près de la saison.
Mais j’y suis allé un samedi midi alors qu’est servi le brunch. Tout était absolument délicieux, goûteux et gourmand.

des pizzas et du poulet frit

La meilleure polenta du monde...peut-être



Dégustation de macarons
mai 14, 2010, 12:42
Filed under: Événement, Goût | Mots-clefs: , ,

Une invitation à déguster des macarons, c’est difficile à refuser, même après une grosse journée de tournage. Je me suis donc rendue au lancement de la collection d’été de La Maison du Macaron au Café Holt.
Six saveurs de macarons et deux desserts nous ont été proposés en format dégustation, c’est à dire en plus petit que le format en boutique, ce qui n’est pas désagréable du tout, bien au contraire. On peut donc en manger encore plus sans s’écoeurer.

On pourrait classer ces nouveaux macarons en deux catégories: les saveurs uniques comme cassis, Baileys et caramel d’été, et les accords plus subtils comme érable-pamplemousse, figue-fleur d’oranger ou litchi-thé.
J’avoue un penchant pour les goûts francs et pas trop compliqués; les macarons Baileys et caramel d’été sont les plus gourmands, les plus riches en goût. J’ai par contre, été déçue par celui au cassis, j’adore ce fruit et je n’ai pas retrouvé la puissance de son arôme.


Pour ce qui est des macarons aux accords de saveurs, même constat pour l’érable-pamplemousse, un peu trop doux pour moi. Par contre j’ai apprécié la délicatesse du macaron figue et fleur d’oranger, deux parfums qui requièrent de la subtilité. Le litchi-thé est vraiment intéressant , mais il n’évoque pas pour moi une saveur d’été. J’associe toujours le litchi à l’hiver, et à la période de Noel, durant laquelle on le trouve frais en abondance.

Trop joli et très bon,  le mac’honoré fraise-pistache qui néanmoins, nous a été servi un petit peu trop glacé.

Et enfin pour clore cette dégustation gourmande, voici le dessert Tobago, une déclinaison pâtissière de la Pina Colada.



De la marmelade de bacon, ça vous tente?
mai 4, 2010, 3:03
Filed under: Goût, Idée | Mots-clefs: , ,

Non ça n’est pas une blague, mais une vraie recette inventée par un chef de Brooklyn. Et visiblement ce condiment a déjà ses fans.

Alors de quoi est fait le Bacon Marmelade? Le chef Ross Hutchison livre sans problème sa recette: du bacon bien sûr, cuit lentement, combiné à du sucre, du vinaigre, des échalotes et des épices.

Avec quoi le mange-t-on? Avec des ingrédients qui naturellement aiment le bacon: oeufs brouillés, pommes de terre  ou choux de Bruxelles, mais aussi avec des moins  »naturels », comme sur de la brioche grillée, de la glace ou même en glaçage de cupcakes.
À noter, le packaging vraiment sympa, création de Joanna la fiancée de Ross qui est graphiste.
Pour se procurer cette merveille, que j’aimerais vraiment goûter, il se rendre à Williamsburg à la boutique Whisk ou sur les marchés locaux (les dates et lieux sont sur le site) ou encore envoyer un mail à bacon@baconmarmelade.com. (9$US le pot)