Mixeur, le blog


Dégustation de macarons
mai 14, 2010, 12:42
Filed under: Événement, Goût | Mots-clefs: , ,

Une invitation à déguster des macarons, c’est difficile à refuser, même après une grosse journée de tournage. Je me suis donc rendue au lancement de la collection d’été de La Maison du Macaron au Café Holt.
Six saveurs de macarons et deux desserts nous ont été proposés en format dégustation, c’est à dire en plus petit que le format en boutique, ce qui n’est pas désagréable du tout, bien au contraire. On peut donc en manger encore plus sans s’écoeurer.

On pourrait classer ces nouveaux macarons en deux catégories: les saveurs uniques comme cassis, Baileys et caramel d’été, et les accords plus subtils comme érable-pamplemousse, figue-fleur d’oranger ou litchi-thé.
J’avoue un penchant pour les goûts francs et pas trop compliqués; les macarons Baileys et caramel d’été sont les plus gourmands, les plus riches en goût. J’ai par contre, été déçue par celui au cassis, j’adore ce fruit et je n’ai pas retrouvé la puissance de son arôme.


Pour ce qui est des macarons aux accords de saveurs, même constat pour l’érable-pamplemousse, un peu trop doux pour moi. Par contre j’ai apprécié la délicatesse du macaron figue et fleur d’oranger, deux parfums qui requièrent de la subtilité. Le litchi-thé est vraiment intéressant , mais il n’évoque pas pour moi une saveur d’été. J’associe toujours le litchi à l’hiver, et à la période de Noel, durant laquelle on le trouve frais en abondance.

Trop joli et très bon,  le mac’honoré fraise-pistache qui néanmoins, nous a été servi un petit peu trop glacé.

Et enfin pour clore cette dégustation gourmande, voici le dessert Tobago, une déclinaison pâtissière de la Pina Colada.

Publicités


De la marmelade de bacon, ça vous tente?
mai 4, 2010, 3:03
Filed under: Goût, Idée | Mots-clefs: , ,

Non ça n’est pas une blague, mais une vraie recette inventée par un chef de Brooklyn. Et visiblement ce condiment a déjà ses fans.

Alors de quoi est fait le Bacon Marmelade? Le chef Ross Hutchison livre sans problème sa recette: du bacon bien sûr, cuit lentement, combiné à du sucre, du vinaigre, des échalotes et des épices.

Avec quoi le mange-t-on? Avec des ingrédients qui naturellement aiment le bacon: oeufs brouillés, pommes de terre  ou choux de Bruxelles, mais aussi avec des moins  »naturels », comme sur de la brioche grillée, de la glace ou même en glaçage de cupcakes.
À noter, le packaging vraiment sympa, création de Joanna la fiancée de Ross qui est graphiste.
Pour se procurer cette merveille, que j’aimerais vraiment goûter, il se rendre à Williamsburg à la boutique Whisk ou sur les marchés locaux (les dates et lieux sont sur le site) ou encore envoyer un mail à bacon@baconmarmelade.com. (9$US le pot)



David Lebovitz, un américain à Paris
mai 3, 2010, 5:18
Filed under: Goût, Livre, Nouveauté | Mots-clefs: , ,

J’ai passé l’été dernier avec lui…enfin avec son livre sur les glaces. Son sorbet aux fraises fût un de mes grands succès.
Quand j’ai acheté son livre, The Perfect Scoop, je ne savais rien de lui.  J’ai ensuite appris qu’il est un des blogueurs les plus lus du monde culinaire, une véritable star pour les foodies américains qui suivent autant ses recettes que ses aventures gastronomiques françaises.
Je l’ai finalement rencontré lors d’un déjeuner de presse au célèbre restaurant Les Crayères à Reims. Un homme réservé, au regard et au jugement sûrs, avec un sens de l’humour assez caustique.
Quand on lui demande pourquoi il a quitté les États-Unis pour la France, il résume en quelques mots (je vous le laisse en anglais, c’est plus savoureux): » I was tired of people being nice to me. »

Mais revenons au coté sucré de l’homme, qui oeuvra en d’autres temps comme chef pâtissier au légendaire restaurant californien Chez Panisse. Il vient de publier Ready For Dessert, un livre qui compile ses meilleures recettes de desserts. Je me suis empressée de l’acheter et je l’ai d’abord, comme je le fais avec tous les livres de cuisine, lu d’un bout à l’autre, comme un roman.
Non seulement ses recettes sont limpides et abordables, mais on y trouve, malgré le fait qu’elles soient très nord-américaines, un petit quelque chose d’européen dans l’usage des ingrédients et dans la simplicité des goûts. Comme il l’explique en préface, les français n’aiment pas trouver trop de saveurs différentes dans leurs desserts, ni de mélanges incongrus.
Je suis assez d’accord avec cette idée, surtout quand on parle de desserts maisons, (laissons aux chefs les éventuelles combinaisons compliqués), un bon gâteau au chocolat nécessite du bon chocolat, rien de plus !

Le livre Ready for Dessert n’est disponible qu’en anglais, tout comme celui sur les glaces, et rien ne laisse présager une traduction française m’a répondu David quand je lui ai posé la question. Dommage pour ceux qui ne lisent pas l’anglais. Quant à moi, je trouve que cela ajoute aussi à leur attrait.