Mixeur, le blog


A découvrir: Fire & Knives
février 10, 2010, 3:33
Filed under: Livre, Nouveauté | Étiquettes: ,

J’avais lu quelque chose sur cette revue anglaise dans un des innombrables blogs gastronomiques que je consulte chaque jour. Attirée par l’illustration de la couverture j’ai immédiatement visité le site de Fire & Knives et me suis abonnée aussitôt.

Quelle jolie revue ! Non seulement magnifiquement mise en pages,  mais riche en textes de toutes sortes: critiques, analyses, nouvelles, interviews, tous liés à la gastronomie et à la table.
Un délice à consommer lentement (le texte est dense et l’anglais parfois ardu), mais très nourrissant.

Publicités


Cannibalisme amoureux
février 9, 2010, 4:43
Filed under: Idée, Livre, Nouveauté | Étiquettes: ,

C’est selon moi le cadeau idéal de la St Valentin:  un des derniers livrets des Éditions de l’Épure, une  collection dont je suis fan.
Le coeur, dix façon de le préparer, est signé par Sophie Malagola et Hugues de Maisonneuve et est joliment préfacé par Isabelle Larignon.
On y trouve évidemment de jolies recettes pour amoureux qui ont pour noms: Avoir un coeur d’artichaud,  Du coeur à l’ouvrage ou Avoir la bouche en coeur.

Et pour les malchanceux qui ne l’aurait pas encore, je rappelle  qu’il existe aussi dans la même collection, L’amour dix façon de le préparer, écrit par deux grands amoureux gastronomes: Ingrid Astier et Bruno Verjus.
Indispensable.



Vu à Maison et Objet: Oorain Brands Victoria,
février 5, 2010, 2:50
Filed under: Envie, Goût, repérage | Étiquettes: , ,

Signe des  temps, il y a dans la section arts de la table du salon Maison et Objet, de plus en plus de concepts alimentaires, des produits comestibles qui se distinguent par un packaging créatif ou un concept particulier d’emballage.
J’y ai découvert cette année les produits Oorain Brands Victoria, qui ont tout pour faire un carton: une jolie histoire d’ancêtre industriel dans le sucre de canne, une éthique bio-équitable-recyclable et surtout un cofondateur et directeur de création  qui fut un temps directeur artistique dans la célèbre agence Carré noir.

J’adore le look de ces produits et d’après ce que j’ai gouté (quelques pépites de chocolat), le contenu semble à la hauteur du contenant.
Je me promets de goûter à pâte à tartiner !



Vu au Paris des chefs: une chartreuse de faisan
février 4, 2010, 3:54
Filed under: Événement, Goût | Étiquettes: ,

Voici en quelques images la recette proposée par Guillaume Delage du restaurant Jadis lors du Paris des chefs.

Guillaume Delage (à droite) en compagnie du designer Bruno Borrione

Ce jeune chef  qui a travaillé chez Michel Bras, Frédéric  Anton et Pierre Gagnaire (il a été chef au Gaya) a ouvert son bistrot  en 2008.  Il y propose une cuisine classique, voire nostalgique avec des plats et des intitulés comme on n’en voit plus beaucoup: oeufs meurette, mousseline de choux fleur Dubarry, chartreuse de faisan.
C’est d’ailleurs cette dernière qu’il a choisie de montrer au public.
En voici les principales étapes et ingrédients.

Le moule à dariole est tapissé de rondelles et lamelles de légumes

Le tout est maçonné avec une farce fine

puis rempli d'une compotée de chou, carotte, oignon et faisan

après cuisson et démoulage, la chartreuse est laquée d'un jus bien brillant.



Du sel sous la main
février 3, 2010, 3:16
Filed under: Arts de la table, Nouveauté | Étiquettes: , ,

Coup de coeur pour ces mains de sel en bois fabriquées au Québec et proposées par les charmantes propriétaires de 3 femmes et un coussin. Si vous ne connaissez pas cette boutique d’articles de table, je vous conseille vivement  d’y faire un tour. Sandrine et Annick travaillent beaucoup avec les restaurateurs; on y trouve donc tout ce qu’on aime des tables de restaurants: de la belle vaisselle blanche aux proportions généreuses et des tas d ‘autres accessoires.

Mais revenons aux mains de sel. Rien de tel en effet que le geste précis de la main pour évaluer la quantité de sel pour la cuisson d’un  plat.
Et c’est aussi la touche finale de l’assiette ainsi conclue par le chef du bout de ses doigts.

Celles-ci sont l’euvre d’un ébéniste gastronome: Olivier Doray. Et bien qu’il soit installé à la Pocatière, il a nommé sa compagnie Le temps des Cigales. Elles existent avec couvercle ou  sans couvercle,  à utiliser  près de la cuisinière à portée de main pour le gros sel ou posées à table pour la finition.



Des gâteaux sous cloches
février 2, 2010, 3:04
Filed under: Uncategorized

Ce fut l’un de mes incontournables de mon séjour parisien: il fallait absolument que je teste la Pâtisserie des rêves nouvellement ouverte par Philippe Conticini, un des grands de la pâtisserie.
Direction rue du Bac, à deux pas du Bon Marché et de la Grande épicerie de Paris pour y découvrir un espace qui ne ressemble en rien à une pâtisserie classique.

Ici, ni comptoir, ni vitrine,  au centre de la boutique trône une grande table circulaire ou sont disposés, sous cloches réfrigérées, un exemplaire des pâtisseries du jour. On se croirait dans un musée.

Alors je tourne et retourne autour de cette table des délices et gentiment une vendeuse s’approche afin de prendre commande. Bien que la proposition soit plûtot courte et classique (Paris-brest, Saint-Honoré, tarte tatin, éclairs…) le choix est difficile.

Ce sera donc un éclair au chocolat, une tarte au citron et du coté gâteaux de boulanger un financier aux noisettes.

L’éclair est très bon. J’aime beaucoup son glaçage, qui en fait n’en est pas un, mais une fine feuille de chocolat qui l’enveloppe. La crème ressemble plus à une mousse et donc le tout reste très léger. Mais j’aime encore plus la tarte au citron, bien acidulée et surmontée d’une  meringue italienne soyeuse et pas trop sucrée. Quant au financier aux noisettes, dégusté sans attendre dès la sortie de la boutique,  il est généreux en taille, pas trop sucré, avec un petit gout de grillé dont je me souviens encore.

La pâtisserie des rêves
93, rue du Bac
75007 Paris