Mixeur, le blog


6 chocolats chauds d’un coup
novembre 23, 2009, 4:40
Filed under: Envie, Goût, repérage | Mots-clefs: ,

Un goûter tout chocolat au Lancaster, ça te tente ?
Mon ami Stéphane , rédacteur en chef de l’excellent magazine de Désirs de voyages m’a fait une proposition impossible à refuser. Rendez-vous fût donc pris en fin de journée dans cet hôtel calme et discret dont le charme légèrement suranné contraste avec l’agitation frénétique des Champs-Élysées voisins.

La carte des chocolats

Une fois installés et la carte des chocolats chauds consultée le serveur nous suggère de commander le chocolat parfumé au jasmin, un incontournable affirme-t-il.

Me vint  alors une idée dictée par ma seule conscience professionnelle: je veux tous les essayer!
Nous sentons passer une brise de panique entre la salle et la cuisine. Comment leur servir ? Tous d’un coup? Dans quel ordre? En quelle quantité?

Ce sont donc les 6 chocolats chauds de la carte qui nous serons proposés (en quantité raisonnable, il va sans dire), préparés par le chef pâtissier qui les allongera de lait pour nous en cuisine.
C’est d’habitude le client qui allonge lui-même et à son goût la riche et onctueuse préparation faite de crème et de chocolat.

Nous avons donc dégusté le chocolat façon poire belle Hélène, le chocolat à la fleur de jasmin, le chocolat aux écorces de mandarines, celui infusé à la fève Tonka, puis celui infusé aux baies roses pour finir avec le tout simple (!) à l’ancienne.

Un lait chaud au caramel demi-sel et vanille Bourbon a conclu le tout, mais là je dois dire que j’ai capitulé, le lait n’étant vraiment pas ma boisson préférée.

Mon faible pour le chocolat amer m’a fait pencher pour celui au jasmin ou celui à l’ancienne, les moins sucrés de tous. Coté arômes,  le chocolat poire Belle- Hélène est à mon sens l’un des plus réussis. Celui à la mandarine est très parfumé, voluptueux à souhait, celui à la fève Tonka, à mon goût, beaucoup trop sucré.

Histoire de reposer nos papilles entre deux tasses, nous avions accompagné cette dégustation de raisonnables scones. Le chef pâtissier François Perret nous a gentiment expliqué ses secrets de fabrication et décrit les couvertures utilisées, toutes différentes selon les parfums.

Nous sommes ressortis heureux, mais un peu chancelants et légèrement nauséeux. Une longue marche dans la douceur de Paris (le temps est incroyablement clément) nous a revivifiés.



Piège et son lièvre
novembre 19, 2009, 5:49
Filed under: repérage, restaurant, Uncategorized, Voyage | Mots-clefs: ,

Tout juste testé à Paris: le restaurant Thoumieux, nouvelle résidence culinaire de Jean-Francois Piège, ex chef étoilé du restaurant Les Ambassadeurs de l’hôtel Crillon. Le restaurant Thoumieux, fondé en 1923 a été une célèbre brasserie du 7ème  jusqu’à son rachat par l’équipe Thierry Costes/Jean François Piège.  Tout a été rénové dans un esprit brasserie chic, avec de grands miroirs,  de la lumière, beaucoup de lumière,  déclinée en une multitude de lampes aux styles éclectiques mais qui donnent un éclat particulier à la salle.

En cuisine donc se trouve Jean-François Piège qui revisite des classiques de la gastronomie française avec une touche subtile de modernité .
C’est plutôt simple, direct et formidablement concentré en goût.

Pâte à pizza soufflée avec thon et roquette

Mon choix ? Un lièvre à la royale ! J’en rêvais. Est arrivée une jolie assiette creuse remplie mais pas trop, de cet incroyable plat. Du lièvre donc, en morceaux séparés (et non pas en médaillon; comme c’est souvent l’habitude) baignant dans une sauce  d’un riche brun profond. Quel parfum ! Un arôme fort, puissant, issu de ce gibier farci au foie gras, longtemps cuit dans du vin rouge avec une multitude d’aromates, et présenté dans une sauce onctueuse.

Le lièvre à la royale du sénateur Couteaux

En accompagnement, un petit pot de coquillettes, parfait complément à la puissance du plat.

Petit pot de coquillettes

Le plat est saisonnier et je suis heureuse d’avoir pu en profiter avant qu’il ne disparaisse de la carte.

Thoumieux
79, Rue Saint-Dominique 75007 Paris



Les créations de Delphine
novembre 11, 2009, 4:38
Filed under: Idée, Rencontre | Mots-clefs: , ,

Voici les images de deux créations de la designer culinaire Delphine Huguet. Elles font partie d’une exposition qui débute le 12 novembre à Paris à la galerie Joyce. (168 galerie Valois, dans le Palais Royal)

chocolatdigestion

Assiette en chocolat Digestion, à offrir pour réparer les pots cassés !

Delphine fait partie de cette  génération de designers diplômés de l’atelier de design culinaire de Marc Brétillot à l’ESAD (École supérieure d’art et de design) de Reims.
Marc Brétillot, que nous avons rencontré pour la série 1 de Mixeur, est un précurseur dans ce domaine. Il a secoué de monde de la gastronomie avec des performances culinaires, des scénographies de repas et de présentations des plats. Il pense la cuisine dans sa globalité:  son goût et son sens, en s’adaptant toujours de façon pertinente à la commande du client et au lieu.  Ses créations sont  surprenantes, poétiques et drôles.

teatimebassedef

Tea Time, une jolie digression sur l'heure du thé

Pour revenir à Delphine, elle suit donc comme plusieurs, les traces du maître avec des objets et paysages de table comestibles qui ne sont jamais dénués d’esprit. Elle a été sélectionnée comme jeune talent à l’espace « Talent à la carte » du salon Maison et objet janvier 2009. Et c’est là que je l’ai croisée pour la première fois.



Alice au pays du vin
novembre 10, 2009, 7:41
Filed under: Arts de la table, Idée, Nouveauté | Mots-clefs: ,

Voici une nouveauté envoyée par le designer Sebastian Bergne. Vous avez peut-être vu le reportage que nous avons tourné dans son studio à Londres ainsi que quelques images postées sur ce blog.

lense_books_w

 

Cette carafe à l’envers est directement inspirée de  “Alice au pays des Merveilles”.  Placée sur une table près des objets de table et des mets, elle permet des jeux d’images amusants en grossissant les choses à travers le liquide.
Ce qui ne l’empêche pas d’être réellement pratique.

 

 



J’ai testé le Hidden Market de Montréal
novembre 6, 2009, 6:27
Filed under: Événement, Idée, restaurant | Mots-clefs:

Non, il ne s’agit pas d’autre table du bout du monde mais bien d’une adresse secrète (mais pas inaccessible) dont on entend beaucoup parler dans le petit monde des foodies montréalais.
Mes amis et moi l’avons testée hier soir.
Rendez-vous nocturne au coin d’une ruelle;  à 19h15 précisément nous étions tous là, plan en main, gloussant comme des écoliers.
Après l’accueil chaleureux de nos hôtes, les présentations aux deux autres convives de la soirée (j’ose espérer qu’ils ont apprécié notre joyeuse  bande) et un petit apéro, nous étions prêts à nous attabler.
Je dois dire que l’ambiance est particulièrement relax et que, outre la qualité des mets et les sublimes vins offerts, le charme de l’expérience tient beaucoup au fait que nous sommes dans un environnement domestique,  à mi-chemin entre le connu et l’inconnu.

P1040173

De la cuisine on entend les bruits rassurants de François qui s’affaire aux fourneaux, alors que Nancy gère le service avec beaucoup de tact, sans familiarité, mais avec esprit et attention.

Au menu: des saveurs riches et réconfortantes comme la polenta aux saucisses et lardons et le parfum boisé des champignons, et, d’autres plus florales et fraiches comme la salade de concombres libanais qui faisait contrepoint au coulibiac de saumon et le soupçon de lavande qui soulignait la suavité du soufflé au chocolat.

P1040183

Une soirée dont nous nous souviendrons  car c’est vraiment bien plus qu’une  sortie au restaurant entre amis.

Et j’imagine que chaque soirée doit y être  différente suivant les gens qui s’y trouvent, le nombre de convives qui se connaissent déjà, le menu, la saison.
Rien de formaté, en fait. Si ce n’est l’évidente volonté des hôtes de tout faire pour choyer leurs invités.

P1040188

Ouvert les jeudis et vendredis. Inscriptions sur le site.

Désolée pour le manque de photos. Je déteste le flash et j’ai tenté le coup sans. Résultat: ratage.



novembre 5, 2009, 4:31
Filed under: Uncategorized

J’ai rencontré Nedda El-Amar il y a déjà trois ans à Milan, alors que prenaient forme l’idée et les sujets de Mixeur.
Malheureusement je n’ai pas (encore) réalisé de sujet sur elle, bien qu’elle le mérite amplement. Cette designer installée à Anvers,  a suivi une formation de création de bijoux et d’orfèvrerie à l’Académie Royale des Beaux-arts d’Anvers et au Royal College of Art, de Londres.

LargeperforatedbowlElle crée de magnifiques objets, principalement d’orfèvrerie, pour Hermès, Puiforcat, Royal Boch, Eternum, Villeroy & Boch, Gense, Obumex, Carl Mertens et Robbe & Berking. Elle est couverte de prix et de récompenses. Elle a même été élue ‘Designer belge de l’Année 2007.

Appetizebestek-1

La bonne nouvelle c’est qu’on peut acheter ses objets sur son site; des objets chers en argent Sterling et des nettement plus abordables en acier inox.  J’aime particulièrement le kit Appetize composé de 4 cuillères amuse-bouche et 4 mini fourchettes en acier inoxydable (45€).

Layout 1